L'anglais CO² des langues mondiales?

Le parallèle avec le réchauffement climatique est peut-être un peu hasardeux. J'ose ce parallèle car en 2016, même si le chinois mandarin est de loin la langue la plus parlée l'anglais est sans doute la langue la plus intrusive dans nos vies quotidiennes.

Je n'ai pas d'opposition de principe à l'usage de l'anglais. Je pense même que les échanges internationaux déjà très utilisateurs de cette langue pourrait se généraliser.

Qui imaginerait des dialogues entre un pilote d'avion et une tour de contrôle dans des langues différentes? D'une manière générale dans nombre de domaines, techniques notamment, l'usage de la langue de Shakespeare est aujourd'hui admis par tous. Et c'est très bien ainsi.

En revanche, de grâce conservons nos langues maternelles pour tous nos échanges et expressions quotidiens. Notre culture et plus généralement les cultures du monde pourront garder toutes leurs valeurs originelles si tous les pays s'efforcent de mettre tout en œuvre pour les exprimer exclusivement dans la langue dans laquelle elles sont nées.

Faut-il que nous soyons manipulables pour obéir aux modes de l’anglicisme!

Il est normal que les langues évoluent à l'écrit comme dans le verbe mais faut-il céder, sur ce sujet précis, à la simplification extrême de l'écriture des mots comme on l'a vu récemment?

Nos décideurs, une fois de plus feraient mieux de réfléchir à la façon d'enrayer définitivement la vis sans fin de l'échec scolaire qui nous amène au constat permanent de 20% d'élèves ne maitrisant pas la lecture et l'écriture lorsqu'ils arrivent en 6ème.

Tout autant dramatique que la fermeture des frontières, l'abandon de l'intégrité de nos langues nationales, voire régionales et, par voie de conséquence, des cultures serait désastreuse pour tous les pays de notre petit village planétaire.

Retour à l'accueil